Entraîner la syntaxe : bénéfices linguistiques et cognitifs chez les enfants avec TDL via une étude de cas mutiples

  • Stéphanie Durrleman
  • Hélène Delage
  • Céline Colin
  • Maylise Cissokho
  • Charline Curbain
Mots-clés: Théorie de l’Esprit, TdE, complétives, entraînement, Trouble Développemental du Langage, TDL

Résumé

Chez les enfants avec un Trouble Développemental du Langage (TDL), des difficultés ont été observées à la fois avec les phrases complétives, telles que Marie pense/dit que la terre est plate (Tuller et al., 2012, Steel et al., 2016) et la Théorie de l’Esprit (TdE) (Nilsson & Jensen de López, 2016), c’est-à-dire la capacité à attribuer les états mentaux et à capitaliser sur cette faculté pour prédire et expliquer les comportements d’autrui (Premack & Woodruff, 1978). De plus, la maîtrise des complétives dans cette population va de pair avec une meilleure réussite aux tâches de TdE (de Villiers et al., 2003 ; Miller, 2004).

Nous nous sommes demandé si entraîner les complétives chez les enfants TDL pourrait améliorer non seulement leurs capacités en syntaxe (avec une meilleure maîtrise des complétives), mais aussi en TdE. Seize enfants francophones (de Bruxelles et de Genève) ont participé, huit avec TDL (moyenne d’âge : 8 ans) et huit enfants plus jeunes avec un développement typique (DT) présentant un niveau similaire en complétives et TdE (moyenne d’âge : 4 ans). La moitié de chaque groupe a bénéficié d’un entraînement cible en complétives et l’autre moitié a participé à un entraînement contrôle en enrichissement lexical.

Nos résultats suggèrent un potentiel effet de l’entraînement cible chez tous les enfants DT, qui ont donc tendance à augmenter leurs scores à la fois en complétives et en TdE, mais pas en lexique. En ce qui concerne les enfants TDL, l’entraînement cible a permis d’améliorer les complétives et la TdE chez les participants les plus âgés ; il est possible que l’entraînement cible en complétives ait été un peu trop complexe pour que les plus jeunes enfants avec TDL (âgés de 6 et 7 ans) puissent mettre à profit l’entraînement proposé.

Pour conclure, l’entraînement en complétives semble bénéficier à la majorité des enfants de notre échantillon pour améliorer leurs compétences en TdE mesurées verbalement. Compte tenu de la grande hétérogénéité des profils d’enfants avec TDL, nous estimons ce résultat prometteur. Si d’autres études confirment cet effet auprès d’échantillons plus conséquents, il conviendrait d’implémenter à terme ce type d’entraînement en pratique orthophonique pour les enfants TDL avec difficultés associées en TdE.

Publiée
06-07-2021
Rubrique
Articles